Phoenix, ou comment planer sans prendre de substances illicites.



"Crystal or Bamboo
Voyageur Canoe
Crystal or Bamboo"

               - S.O.S in Bel Air, Phoenix



Je pense franchement pas avoir à ce jour fait plus explicite comme titre. Et puis après, avec les paroles (qui sont véridiques hein !) je pense que t'as tout compris ! Non mais sérieusement, j'ai fait tout ce que j'ai pu comprendre les paroles, pour comprendre l'univers mais je crois bien que ça à rien, Les Phoenix, sont totalement out of this world, ce qui n'enlève en rien à ma capacité à apprécier ce qu'ils font. C'est juste que je ne suis pas trop en mesure d'expliquer ce que je ressent quand je les écoute, mais c'est surtout un mélange de satisfaction et de planitude, un espèce de stade un peu étrange où tu te sens complètement planer en écoutant.

Je crois que ça ressemble un peu à ça prendre de la drogue !



Mais je vais arrêter mon blabla de suite pour te laisser sur le champ pour le laisser apprécier un peu et planer à ton tour ...

Attention au décollage !


Quand c'est bien le désordre ...

"Le pouvoir des mots est immense, tu sais. Il transforme la nature des choses , la façonne."

Tu sais, moi, quand je lis un livre de Marion Brunet, moi, je sais jamais vraiment à quoi m'attendre. Sa-chan et moi, on avait aimé Frangine de manière inconditionnelle, mais j'avais été nettement plus dubitative face à La Gueule du Loup. Donc, quand je me suis lancée dans Dans le désordre, eh bien mes pensées elles-mêmes n'étaient pas franchement en place. Tout plein d'interrogations se bousculaient dans ma tête et toutes tournaient autour d'une seule et même question: "est-ce que je vais savoir apprécier?".

Parce que entre le moment où j'en ai entendu parlé et le moment où je l'ai lu, les avis qui tombaient étaient de plus en plus nombreux et ils étaient tous plutôt élogieux. Donc, j'avais vraiment la frousse de passer à côté d'un bête de truc. Alors finalement, je crois que je suis vraiment heureuse d'avoir su apprécier ce récit à sa juste valeur ...

Dans le désordre, c'est l'histoire d'un groupe de 7 jeunes qui se rencontrent pendant une manif, dans la révolte, dans la colère, dans le désordre, ils refusent la vie qu'on leur impose et ils décident de tout plaquer pour vivre ensemble dans un squat, pour défier le monde, pour défier le système, et dans tout ça, il y a Jeanne et Basile ...

En terminant ce livre, je me suis dit "oh merde alors ...".

Mouais, c'est vraiment tout ce que j'ai trouvé à dire, ce qui n'est pas franchement très intelligent me diras-tu, mais j'étais comme bloquée devant tant d'authenticité. Dans le désordre, c'est beau, c'est triste mais c'est brut, c'est du concret, c'est du réel, un livre comme celui là, c'est dingue et surtout, c'est rare.

La douceur, le bonheur, la colère, la peur, la tristesse ... tu vas en faire des montagnes russes émotionnelles avec ce livre !

Dedans, tu va trouver de tout, de vraiment tout. Les difficultés à trouver un emploi, les problèmes familiaux, les études à choisir ou encore l’incertitude face à l’avenir… Toutes ces problématiques sont là, et elles sont criantes de vérité, teintées de désespoir parfois ... C'est un roman encré dans son temps qui véhicule des idées, un message, et qui met en lumière un autre mode de vie, avec des personnages convaincus.

Peut-être que tu ne seras pas d'accord avec les idées transmises dans ce roman, c'est même très probable, mais le truc, c'est que tout ça va te donner à réfléchir, à te questionner, à regarder les choses, les gens, avec un regard différent.

Alors merci les Editions Sarbacane pour ce merveilleux roman que j'aime vraiment beaucoup et que je te conseille à toi aussi !! :)

Références:

Dans le désordre de Marion Brunet
Un roman Sarbacane
Collection eXprime
251 pages.


Dans le silence de ton coeur ...



Et voilà ! On pourra dire que c'était prévisible, on peut même dire que c'était couru d'avance que ça allait m'arriver une nouvelle fois, c'était évident que j'aillait tomber dans le panneaux et me laisser embarquer par la couverture d'un livre. Oui, je suis faible ... et superficielle en plus ! Mais bon, que veux-tu ? Toi, t'aurais pu détourner ton regard face au flot de coolitude déversé par Claudia peut-être ?


"J'étais une bataille sur autre planète"

Le regard perdu dans le lointain quelque part, une pose plein de désinvolture et de j'en ai trop marre de cette vie, sortez moi de là, le tout, baigné dans les douces et chaleureuses lumières d'un magnifique couché de soleil ...
Dans le silence de ton cœur, c'est l'histoire de Claudia, cette pseudo rebelle qui, pour on ne sait trop quelles raisons, en marre du système. Ses cours ? Elle en a rien à faire. Ses parents ? Non plus. Tout ce qui lui importe, ce sont ses potes. Avec eux, elle se sent vivre. Elle fait la tournée des bars, rentre à pas d'heures, et se comporte comme une vraie gamine écervelée (désolé, mais je peux pas m'empêcher de la juger un peu quand même ...). Evidemment, ses parents n'approuvent pas du tout, il le lui font remarquer et ils se disputent. Beaucoup. Énormément. Et puis un jour, il y aura la dispute de trop. La dernière dispute. Un jour, Claudia, va se retrouver elle toute seule avec sa conscience et ses remords ...


"L'argent pouvait changer les frontières du monde"

Et tu vois, ce livre c'est une sacrée claque. Je m'attendais vraiment à l'apprécier, mais à ce point là peut-être pas. Franchement, c'est une excellente lecture.
Au début tu vas détester Claudia, y a pas le choix, tu va la trouver stupide, tu vas avoir envie de lui arracher ses cheveux à cette petite pimbêche bourgeoiso-capricieuse, de lui coller deux trois baffes histoire qu'elle se calme et qu'elle redescende sur terre, histoire qu'elle parle autrement à sa mère, histoire qu'elle arrête de se faire du mal comme elle le fait. Mais ça, c'est que au début, parce que, en plus du fait, que tu ne pourra pas complètement la détester Claudia, parce que tu va sentir que quelque part, y a quelque chose qui va pas au fond d'elle, tu vas vite avoir pitié d'elle. Tu vas le voir qu'elle est différente, et quand il lui arrivera ce qui lui arrivera (et il lui arrive un truc plutôt énorme tout de même ! [même si j'ai rapidement deviné ce qui allait lui arriver ...]) tu vas sentir qu'au fond, c'est un pauvre petit cœur brisé qui se cache là dessous.


"On regarde la vie se dérouler avec indifférence comme une guerre dans un pays lointain ..."

Mais le début sera long et même pénible. L'évolution de Claudia se fera attendre et peut-être que tu aura marre avant d'arriver au point culminant de l'histoire, mais moi, je suis là pour te dire mon lecteur que tu ne devra pas t'arrêter. Surtout pas. Parce que sinon, tu vas rater beaucoup de truc. Dont ce truc qui fait que ce livre est si intéressent. Parce que l'évolution de Claudia est extrêmement intéressante et moi j'ai même trouvé que c'était très beau d'être témoin d'une telle transformation même si celle ci est motivée par une tragédie et beaucoup de peine ...

Mais surtout, si au début la plume de Alice Ranucci n'est pas forcément captivante, original ou même intéressante, tu vas te rendre compte qu'au fur et à mesure, en même tant que Claudia prend de plus en plus de profondeur, de relief, il va en être de même pour le style de l'auteure ...


Une agréable surprise donc.

Et je précise aussi que l'auteure Alice Ranucci, n'a que 17 ans ...
Voilà, je pose ça là ...

Et toi, ça te dirais d'être surpris ou pas ? Il te tente ce livre ou pas ?

Et si t'as la flemme de lire, y a même la version en vidéo ... Elle est pas belle la vie ??



Références:
VO: In silenzio nel tuo cuore, Alicia Ranucci
VF: Dans le silence de ton coeur, Alicia Ranucci
Un roman, Hachette Livre
240 pages, 16.00 €
A partir d 15 ans.

L’Invisible, c'est moi.


Aujourd'hui, je vais te parler d'un livre qui est magnifique, qui est beau, qui est juste, qui est vrai et qui me touche personnellement parce que j'ai aussi l'impression  que ce livre raconte un bout de mon histoire.

Parce que L’Invisible, c'est moi.

Il y a quelque temps, mais genre, vraiment un petit bout de temps (désolé Gulf Stream d'ailleurs) j'ai reçu Invisible, le graphic novel de Charlotte Bousquet et Stephanie Rubini.

Donc, je l'ai lu. Je l'ai lu et je l'ai aimé.

C'est l'histoire de Marie. Une jeune fille totalement invisible dans la vie, en classe comme dans sa famille. C'est bien simple, on ne se soucis pas vraiment d'elle, non pas qu'on le fasse vraiment exprès mais c'est comme ça. Marie a une passion, la couture et les bijoux faits main. Quand elle observe les autres filles, elle se trouve laide, grosse et inutile. Le seul qui la voit, c'est Soan. Mais ce regard est capable de faire éclore chez Marie une nouvelle confiance en elle. 

Une confiance bien fragile.

Et puis pendant que je lisais, un truc très étrange s'est produit. J'avais l'impression de me voir moi. J'avais l’impression qu'on me racontait ma propre histoire, que les problèmes de Marie étaient aussi les miens.

Mais tu vois, quand on a déjà essayé de se suicider, on n'est jamais vraiment compris. L'entourage ne peut pas comprendre ce qui peut bien pousser un adolescent ou quelconque autre personne à aller jusqu'au suicide. Et lorsque cet adolescent ou quelconque autre personne essaye, on en viendra à la conclusion qu'il faut bien être stupide pour se laisser submerger par les problèmes à ce point.

Oui, ton entourage te trouvera un petit peu stupide.

Et toi, tu seras partagé entre la colère, la culpabilité, la peur et la douleur mais tu ne pourras jamais vraiment être compris avant d'avoir Invisible entre les mains. Parce que ce ne sont pas les problèmes qui poussent au suicide, mais la souffrance. La souffrance sourde et profonde que l'on ne comprend jamais à moins de l'avoir déjà au préalable ressenti et vécu soit même. Et c'est extrêmement dur de l'expliquer avec des mots, parce qu'on ne peut pas expliquer ce genre de chose.

Quand on m'a proposé Invisible, je ne savais pas vraiment dans quoi est-ce que je mettais les pieds, j'avais énormément d'a priori et je m'attendais à un autre de ces trucs moralisateurs et totalement prétentieux bourré de cliché comme ce qu'on trouve toujours lorsqu'on aborde le thème du suicide. Mais en fait non, c'est tellement délicat, sensible et magnifique. Pour le coup, je suis sure que si Invisible aurait été autre chose que ce qu'il est; comme un roman par exemple, le résultat n'aurait pas pu être le même. C'est l'alliance de Charlotte Bousquet et de Stéphanie Rubini qui rendent cette petite histoire aussi magique ...

Alors voilà, si tu voulais comprendre pourquoi certaines personnes en viennent parfois à se suicider ou du moins à le souhaiter, je te conseille Invisible.

Si tu avais, déjà tenté de suicider, je te conseille aussi Invisible parce que tu auras l'impression que quelqu'un t'as compris, et je t'assure que c'est plutôt cool comme sentiment ...

Invisible.
Charlotte Bousquet et Stépahine Rubini
75 pages/ 15€
Gulf Strem
Collec. Les graphiques.

Daft Punk.


On connait tous une chanson des Daft Punk, parfois, on ne s'en rend même pas compte parce que les Daft Punk font parti de ces groupes dont la musique survie avant ou tout ou peut-être tout simplement parce que t'es comme moi et que t'as eu le malheur de naître dans cette génération qui a encore rien vue à part la tectonique. C'est vrai quoi ! Michael Jackson, t'as jamais vu sa transition de noir à blanc, et Britney Spears, tu l'as jamais vu à Disney, pour toi, c'est la meuf un peu trash de Toxic, et pis c'est tout !

Alors, si tu fais parti de cette génération là, peut-être que Daft Punk; tu les connais sans les connaître. Ils sont juste là et ils l'ont toujours été; pas besoin de chercher plus loin ... En tout cas, c'est ce qui m'est arrivé à moi. Comme tout le monde, j'écoutais One more time une fois par an au moins au moment des Nrj Music Award et j'étais contente parce que je trouvais ça tellement cool et fun, et je ressentais pas forcément le besoin de chercher plus loin ... en plus, comme on peut pas vraiment mettre de visage sur les Daft Punk (en fait si on peut et si tu veux vraiment voir, tu peux cliquer !) pour moi ils étaient plutôt un étrange mystère robotico-fantomatique.


Mais tout ça c'était jusqu'à l'été dernier. C'était jusqu'à ce que le documentaire Daft Punk Unchained fasse son apparition dans ma vie. Et c'est à partir de ce moment que j'ai compris que ces deux gars (Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homen de Christo [non ce nom n'a pas du tout l'air compliqué à assumer au quotidien]) ils sont dans le ture-fu.

J'ai compris à quel point ce sont des génies, et qu'au nom du génie, ont pouvait au moins se permettre de porter des casques de moto h24 (ce qui est plutôt cool).

Ce que j'aime chez les Daft Punk, c'est qu'ils arrivent à t'embarquer dans un truc. Moi et la musique électro en général, ça fait au moins 27 mais Daft Punk, j'adore. Pour moi, ce sont un peu les poètes de l'electro et leur immense point fort, c'est qu'ils sont capable de piocher un peu partout dans la musique pour t'offrir quelque chose de superbe. Par exemple, pour leur dernier petit bébé Random Acess Memories, ils ont aussi bien travaillé avec Pharell Williams que Nile Rodgers ou Todd Edwards et quand on fait un zoom sur chacune de ces personnalités,on se rend très vite compte qu'à la base, ils n'officient pas tous dans les même genres musicaux. Pourtant, tous sont rassemblés en un seul album, soit, le dernier petit bébé dont je te parlais il y a deux secondes ! Et puis je te parle même pas de l'orchestre ! Parce quand l'orchestre s'y mêle ...

C'est bien simple, quand j'écoute l'intro de Beyond, je comprend le sens de la vie. Ouais, tout juste comme Tal ...




Quand t'écoute Daft Punk, t'as la classe, quand t'écoute Random Acess Memories, t'a doublement la classe ! Alors il se trouve que j'ai la triple classe parce que cet album, je l'écoute en boucle depuis un petit moment. J'adore cet album parce tout y est tellement peaufiné, tu peux voir l'extrême auto-exigence des Daft Punk, rien que par les chansons; quand tu les écoute, tu sens que chaque note, chaque mesure à été pensée, réfléchie et étudiée. En fait les Daft Punk, ce sont un peu les Flaubert de la musique, et alors, le fruit de leur travail de peut-être autre que chef d'oeuvre ...

Moi, j'attend de pied ferme le prochain album; et toi ?